• pont à Toulouse

EDITO

Chers lecteurs,

En ce mois de septembre, si nous recevons l’exposition du Prix International de femmes photographes dans le cadre d’Une Saison photo à Toulouse, ce n’est pas un hasard. C’est d’abord une histoire de la ville avec la photographie, qui date du siècle dernier.Le Toulousain Jean Dieuzaide, l’un des plus grands photographes français de la première moitié du XXème siècle a été un des membres fondateurs des  très célèbres Rencontres internationales de la photographie d’Arles.

Il a aussi implanté la photographie artistique dans la vie culturelle toulousaine en créant la Galerie du Château d’eau en 1974. 
Reporter photographe, il a couvert la libération de Toulouse en août 1944. Au même moment, une autre personne, photojournaliste actionne son Rolleiflex : Germaine Chaumel, membre actif des cercles photographiques toulousains dès les années 30. 

Publiée dans la presse nationale et internationale pendant 20 ans, talentueuse dans une profession où la place de la femme n’était pas aisée, elle reste aujourd’hui peu connue. C’est alors pour cela que l’actuelle exposition à l’AF de Toulouse, organisée par l’association IWPA, offre une visibilité forte aux femmes, auteures photographes du monde entier, dans un domaine encore largement dominé par les hommes.

 

WP Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com