• pont à Toulouse

EDITO

Chers amis,

 

Dans le monde universitaire qui est le mien, assister à une conférence est courant, il s’agit même d’une action attendue pour tout enseignant-chercheur. La plupart du temps, ces conférences s’adressent à des initiés, c’est-à-dire à des personnes qui comme nous sont spécialistes de la question abordée. Il arrive même que le conférencier soit le seul spécialiste car, dans un champ tout nouveau, il est le premier à l’explorer. Aussi, le terme conférence renvoie-t-il de nos jours à des rassemblements de grande importance quant aux retombées du moins aux attentes qu’elles suscitent (telles les conférences internationales entre chefs d’États) ou relatives au sujet traité (dans tous les domaines de recherche par des savants).

Le cycle de conférences que nous initions à l’Alliance française de Toulouse veut renouer avec l’origine de ce terme : conferentia, « ce qui met en commun » et proposer à contrario des occasions pour nos étudiants, nos adhérents et les habitants du quartier de se retrouver et échanger sur des sujets abordés par des scientifiques. Mettre en commun ce que certains (une poignée parfois) savent avec le plus grand nombre d’entre nous pour ouvrir nos esprits.

Comme l’art, l’expérience de la curiosité humaine incarnée par les recherches institutionnelles notamment, amène à transformer notre regard sur la vie. Elle nous implique dans un continuum humain qui n’a pas de frontière ni de couleur de peau, seulement des questions qui apparaissent à un moment de l’histoire de l’humanité et que certains représentants consacrent leur existence à comprendre, à expliquer. Le cycle de conférences que nous organisons n’a pas d’autre prétention que de proposer un espace pour venir écouter puis échanger avec ces femmes et ces hommes qui se passionnent pour des bouts de terre, de papier et des mots. Ces personnes, employées du CNRS (le Centre National de la Recherche Scientifique) ou d’une université toulousaine, vont se succéder pour vous faire partager une partie de ce qu’elles ont appris au cours de leurs recherches minutieuses et qui nous aident à comprendre notre présent.

Nous vous accueillerons avec grand plaisir dans nos locaux pour la première édition, mercredi 21 novembre prochain à 19h.

 

Nathalie SPANGHERO-GAILLARD
Présidente