Tintin, des Soviets et des couleurs

Il y a plus ou moins une semaine, j’ai dû laisser Toulouse et retourner dans mon pays, l’Italie. À Toulouse, j’ai passé quelques mois. Des mois agréables, pendant lesquels j’ai connu des gens qui venaient du monde entier, participé aux activités proposées par l’Alliance française (en particulier, celles de cuisine!) – et oui, même étudié.

Déambulations

Il y a quelques jours, je suis retourné dans la rue X. La rue X est une rue où les maisons ont une couleur entre le jaune et l’orange et seulement une quantité limitée d’ornements en briques. Les volets sont gris, quelquefois bleu pastel. À son extrémité, elle se termine par une place pleine de petits restaurants du Moyen-Orient. Ça faisait assez longtemps que je n’étais plus passé par là !

Clip institutionnel de notre AF

Depuis plusieurs mois, notre Alliance s’engage dans une nouvelle politique stratégique et communicative. Vous aviez lu précédemment le développement de nos nouveaux outils de communication : livret abécédaire, cartes postales,  mugs, sacs, pochettes, badges etc.
Pour évoluer dans cette dynamique, nous rendre visible à l’international, offrir un outil plus vivant lors de participation sur des salons, il nous manquait un outil essentiel : un clip vidéo de présentation.

Une histoire du graffiti à Toulouse

Truskool. Une histoire du graffiti à Toulouse est le titre du livre qu’ Olivier Gal vient de publier à l’occasion de la 2ème édition du festival Rose Béton.
Un festival doublé d’un livre ? C’est quand même étrange, ce n’est pas Toulouse que j’aurais cité comme exemple de ville européenne du graph. Barcelone, Marseille, Berlin déploient des pans entiers de fresques colorées sur les murs de leur ville. Mais Toulouse ?