Confinée au Kazakhstan – Gauhar témoigne

alliance française de toulouse
 
Ils étaient étudiants à l’Alliance Française de Toulouse. À l’annonce d’une pandémie mondiale, ils sont rentrés dans leur pays et vivent confinés depuis plus d’un mois maintenant. Des 4 coins du monde, ils nous racontent cette « nouvelle vie »… 

Depuis le mardi 17 mars à midi, la totalité de la France est confinée en raison de la pandémie du COVID-19. Les Français ne sont pas les seuls, ni les premiers à devoir changer leurs habitudes et à apprendre à vivre à la maison en respectant de nouvelles règles. Racontez-nous comment se passe votre confinement dans votre pays et dans votre quotidien. 
 

Où étiez-vous lors de l’annonce de confinement ? 
J’étais au Kazakhstan. 

À quelle date le gouvernement l’a-t-il annoncé ?
Le 15 mars lorsque le premier cas a été découvert au Kazakhstan.

Avec quelle(s) personne(s) partagez-vous votre logement ?
Avec mes parents et mon frère 

Qu’est-ce que le gouvernement autorise et interdit ?
Le gouvernement a autorisé de se rendre au supermarché et à la pharmacie. Les événements publics sont tous stoppés. Les écoles et les universités utilisent les cours en ligne. Il est interdit d’aller dans les restaurants et cafés ainsi que dans les parcs.

La population respecte-t-elle ces nouvelles règles ? Et vous ?
Oui en général, mais ce n’est pas si strict. Certaines personnes sortent toujours de chez elles, elles font du jogging et promènent leurs animaux de compagnie. Ils ont cessé de sortir beaucoup, mais ces derniers jours, les gens sortaient de chez eux. J’essaie de rester à la maison. Je suis en télétravail. Si je sors, c’est seulement pour aller au supermarché. 

Parmi ces règles, y en a-t-il qui vous semblent absurdes, inutiles ou pas assez sévères ?
Non, je pense que le gouvernement est correct lorsqu’il demande aux gens de rester à la maison et d’être isolés. De cette façon, nous ne propageons pas le virus et ne mettons pas en danger les personnes âgées. 

Quelle est l’opinion nationale ? 
Au début, les gens pensaient que le gouvernement était trop strict ou exagérait mais ils ont vite compris qu’il valait mieux suivre les règles. En conséquence, la situation est plutôt bonne.

Dans votre pays, se passe-t-il des événements dont vous êtes fier(e), dont vous avez honte ?
Je sais que dans d’autres pays, les gens applaudissent tous les soignants, se soutiennent mutuellement et participent à une flash mob. Ici, rien n’est organisé mais un homme d’affaires a fait un don pour les hôpitaux et les gens ont commencé à créer beaucoup de choses amusantes via Internet et les réseaux sociaux : liens utiles, conseils sur ce qu’il faut lire et regarder. Les médecins ont participé à une flashmob via les réseaux sociaux montrant le slogan : « Nous sommes venus travailler pour vous ! Restez à la maison pour nous ! ».

Avez-vous changé certaines de vos habitudes et en avez-vous pris des nouvelles ?
C’est incroyable de voir comment les gens s’adaptent à toutes les situations. Je pense qu’en raison de ce nouveau style de vie, j’ai commencé à mieux dormir. Je suis plus détendue et j’ai le temps pour le travail et mes occupations personnelles : la lecture, le yoga, la peinture… J’ai regardé des films que je n’avais pas eu le temps de regarder auparavant. J’ai commencé à participer à des cours en ligne comme l’écriture créative et j’ai commencé à parler davantage avec des amis via les réseaux sociaux. Je n’ai pas besoin de passer du temps pour me rendre à mon travail et dépenser de l’argent pour les restaurants et les taxis.
Je pense que cette période de pandémie aide à unir les gens. Nous avons commencé à nous apprécier nous-mêmes et les autres. La chose la plus intéressante de notre nature est de se reposer des gens car tant de voitures se sont arrêtées. Les pollutions diminuent et nous entendons des oiseaux chanter au lieu des voitures. À Venise, les poissons sont revenus et l’eau est devenue plus propre. C’est incroyable.

Que faites-vous de vos journées ? Racontez une journée type.
Je me réveille vers 9 heures et je vérifie ce à quoi il est urgent de répondre. Puisque mon travail est lié aux événements, nous avons arrêté une grande partie de nos activités et nous sommes passés au mode en ligne. Ensuite, je fais ma routine, prends mon petit déjeuner et lis les nouvelles. Je réponds aux courriels et envoie certaines tâches à mon équipe. Si j’ai des conférences téléphoniques, j’y participe. Je fais plus de planification et repense notre plan d’action. J’ai lu des articles et des livres utiles. Je vérifie ce que font les autres sociétés d’organisation d’événements et je crée en ligne. Maintenant, je me permets de m’allonger pendant que je lis ou écris des courriels, car j’ai une table réglable spéciale. Je fais mon yoga et ma méditation. Je cuisine et mange à la maison. Tous mes rythmes ralentissent maintenant. Je pense que j’aime ce style de télétravail.

À votre avis, quels changements personnels, nationaux et internationaux, cette période de confinement va-t-elle apporter une fois la pandémie finie ?
Je pense tout d’abord que la viande d’animaux sauvages doit être interdite à la vente au niveau national, voire international. Je pense que cela permettra également de soutenir davantage de chercheurs, de médecins et d’améliorer notre secteur de la santé en général. Nous pouvons apprendre de nos échecs et voir nos points faibles s’améliorer, car si cette période de pandémie passe, il pourrait y en avoir une nouvelle. Nous devons donc tous être prêts et mieux préparés à cela. Au niveau personnel, j’espère que cela nous apprendra à passer plus de temps avec notre famille et nos proches.

Gauhar – Kazakstan

 

 

Laisser un commentaire