Que sont-ils devenus ?… Brendan

Brendan Toulouse

Chaque mois, nous vous donnons des nouvelles d’un ancien étudiant. Ce mois-ci, il s’agit de Brendan. Originaire d’Australie, il a étudié le français dans notre école en cours intensif, plusieurs fois depuis 2012. Il est venu une nouvelle fois étudier pendant 2 semaines (mai 2018). Aujourd’hui, il vit toujours en Australie et travaille dans l’industrie du bois.

  • Qui êtes-vous ?

Je m’appelle Brendan Myerscough, Melbourne, Australie

  • Pourquoi êtes-vous venu en France ?

Je suis venu en France afin de garder et améliorer mon niveau de français.

  • Racontez en quelques lignes votre premier contact avec la France

La première fois que je suis venu en France, c’était il y a 8 ans à Paris. J’ai toujours pensé que Paris était romantique, la ville d’amour, un véritable cliché. J’étais un peu choqué quand j’y suis allé : les petites ruelles polluées, le métro puant… après avoir vu le contraste entre le cliché et la réalité, cette ville ne m’attirait plus. Ayant fait un tour de France, je suis tombé amoureux de la ville en Rose, Toulouse. Elle m’a rappelé parfois mon lieu de naissance, il y des similitudes…

  • Quel est le premier mot que vous avez appris ? Quelles expressions vous ont amusé(e) ?

« Époustouflant » C’est ce que j’ai ressenti en voyant les petites villes d’Albi et Cordes-sur-ciel pour la première fois.

  • Avez-vous vous une anecdote amusante à partager ?

Je suis entré dans un magasin d’objets d’occasion pour trouver un câble pour mon ordinateur, mon niveau de français était relativement basique à cette époque.

J’en ai trouvé un et ai tout de suit demandé à quelqu’un de le récupérer. Au lieu de lui dire « si je peux jeter un coup d’œil » à cet objet, je lui ai dit « jeter un cul d’œil ». Vous pouvez imaginer comment il a réagi.

  • Aujourd’hui, qu’êtes-vous devenu(e) ? et conservez-vous des liens avec la langue française, la France ou des Français ?

Je travaille dans un entrepôt qui vends des produits de bois tel que des plinthes, du parquet … rien a voir avec la France. Pourtant je garde le contact à travers les media populaires, en lisant des livres, magazines… J’ai même installé sur ma télévision une boite qui reçoit la télévision française. Je reviendrai un jour.

Laisser un commentaire